To be(acon) or not to be(acon), that is the question !

Qu’est ce qu’un (i)Beacon ?

Le Beacon (littéralement balise en anglais) permet de diffuser des messages géolocalisés. Lancé en 2013 par Apple (sous l’appellation « iBeacon ») le Beacon est une technologie qui peut faire réagir une application quand un smartphone ayant activé le Bluetooth passe à proximité. Les Beacons peuvent donc vous envoyer des notifications personnalisées selon l’endroit où vous vous trouvez.

Alors que les prévisions annoncent un parc de plus de 4 millions de Beacons aux U.S. en 2018, nous avons souhaité revenir sur la face cachée des Beacons.

ON NE VOUS DIT JAMAIS…
…QUE LES BEACONS OFFRENT UN FAIBLE POTENTIEL DE REACH

 Pour que le Beacon fonctionne il faut un smartphone avec le Bluetooth activé. Tout d’abord, seuls 61% des français ont accès à un Smartphone même si nous pouvons bien sûr supposer que dans les grandes agglomérations ce taux est surpondéré. Ce chiffre progresse par ailleurs rapidement d’année en année. En ce qui concerne le bluetooth, Apple – dont les parts de marché tournent autour de 23% – l’active désormais par défaut sur l’iPhone lors des mises à jour du système d’exploitation. Difficile d’obtenir des statistiques précises sur le sujet : environ un tiers des smartphones auraient le Bluetooth activé.

En faisant les comptes nous arrivons donc à 61% x 33% = 20,1% de vos clients susceptibles d’être touchés.

…QU’IL FAUT QUE LE CLIENT AIT DEJA VOTRE APPLICATION

Ce chiffre de 20,1% aurait pu justifier un investissement mais il y a encore une barrière à franchir : le principe du Beacon est de réveiller votre application, il faut donc au préalable qu’elle ait été téléchargée par vos clients. Vous pouvez essayer d’estimer la part de vos clients qui ont l’application, d’expérience ce taux dépasse rarement 10%. Mais ce n’est pas tout : il faut aussi qu’ils aient accepté les notifications et la géolocalisation, ce que font moins de la moitié des mobinautes… Au final c’est donc généralement moins d’1% de vos clients que vous pouvez espérer toucher ! C’est LE plus gros problème à surmonter. D’une manière générale quand un prestataire vous dit que sa technologie nécessite l’installation d’une application, passez votre chemin car les résultats seront forcément décevants.

…QUE CA PEUT COÛTER CHER

Certes les balises Beacon ne coûtent pas très cher (les prix démarrent à 5$) mais des développements dans votre application sont nécessaires. Pour personnaliser ces interactions et envoyer des messages pertinents, il vous faudra coder tous les scénarios dans votre application et prévoir des mises à jour à chaque modification. Si vous ne disposez pas d’une application, le chemin est bien plus long encore : entre le développement et la médiatisation de votre application, le budget est conséquent.

…QUE C’EST COMPLIQUE A INSTALLER ET A MAINTENIR

Pour réaliser un maillage parfait de votre magasin, chaque balise va devoir être disposée de façon précise et réfléchie (réglage de la fréquence et de la puissance d’émission) afin de minimiser les perturbations et les interférences. De plus les Beacons doivent être dissimulés car il n’est pas rare que plusieurs d’entre eux disparaissent (vol, dégradation). Enfin, les Beacons fonctionnent avec des piles. D’expérience les batteries durent entre 3 mois et 1 an, ce qui oblige à renouveler le parc fréquemment.

…QU’IL Y A BEAUCOUP DE FOURNISSEURS MAIS PEU DE FABRICANTS

Beaucoup de sociétés prennent la parole sur les Beacons mais il y a en réalité très peu de producteurs. Parmi les fabricants les plus connus, nous retrouvons Estimote, Ubudu, Roximity ou encore Gimbal. Attention aux fournisseurs qui se contentent d’habiller les balises Beacon en termes de packaging, sans apporter de valeur ajoutée.

…QUE CE N’EST PAS SI PRECIS

Tout d’abord, il y a de grosses variations en termes de qualité selon les fabricants. Ensuite le signal utilisé – le Bluetooth – peut facilement être perturbé (passage de clients devant la balise, autres signaux, conditions météo, etc). Des études intéressantes ici et ont été menées sur le sujet, qui montrent et analysent les différents problèmes rencontrés.

…QUE LES BEACONS NE CAPTENT PAS DE DONNEES

Les Beacons sont des émetteurs, pas des capteurs. Il ne peut donc pas suivre les clients, ni enregistrer des interactions. Si vous voulez avoir ces informations, il va vous falloir faire les développements nécessaires dans votre application afin qu’elle capte ces données. A ce sujet, la CNIL s’est prononcée et il y a une différence très claire entre la collecte de données anonymes ou identifiées.

…QUE LES BEACONS NE SONT PAS UNE SOLUTION UNIVERSELLE

Certes les Beacons fonctionnent avec le Bluetooth et sont donc en théorie compatibles avec tous les smartphones. Mais Apple (qui dispose des brevets) pourrait décider de restreindre l’utilisation, ce qu’ils ont déjà commencé à faire. Android a développé Nearby, Samsung travaille sur Proximity, d’autres systèmes de micro géolocalisation. Vous l’avez compris : si vous équipez dès maintenant votre réseau de Beacon, vous risquez fort de devoir recommencer dans peu de temps…

…QUE CE N’EST PAS SI FACILE D’AMELIORER L’EXPERIENCE CLIENT

Bien sûr, tout dépend de l’utilisation qui en est faite mais aujourd’hui les attentes des consommateurs dans ce domaine ne sont pas encore bien identifiées.. Sans cette compréhension, les Beacons sont parfois plus un facteur de risques que d’opportunités. Il y a déjà des exemples d’opérations ayant entraîné un bad buzz. Les problèmes de sécurité sont également à prendre en compte, le piratage des balises étant très facile.

…QUE L’IMPACT BUSINESS DES BEACONS N’EST PAS PROUVE

Il y a « étrangement » peu de marques qui communiquent sur les résultats obtenus. Bien sûr comme d’habitude on entend parler de premières réussites mais la plupart des tests réalisés semblent être des échecs sur le plan commercial (mais pas forcément sur le plan des RP et de la communication). Selon Forrester Research, les résultats seront très limités en 2015, ce qui ne doit pas occulter le potentiel du digital en point de vente.

Parcours du combattant

Et vous, avez-vous déjà expérimenté le Beacon ? Quels sont les résultats ?

Une réflexion au sujet de « To be(acon) or not to be(acon), that is the question ! »

  1. Ping : To be(acon) or not to be(acon), that is the que...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *